•  

    Coupe de la Haute Vienne 2016
    Genèse Initialisation et Bilan

     

    Ce mémo trace l’opération Coupe Hv sous les 6 points suivants:
    - Diagnostic
    - Objectifs
    - Scénarii,
    - Arbitrage
    - Mise en œuvre
    - Evaluation

    Diagnostic :

    Notons d’abord la pauvreté dans le Département, de manifestations autour du Bridge.
    Si St. Ju perdure avec succès, et qu’historiquement St. Léo a eu aussi, été instigateur d’un festival, il est curieux que Limoges en ait été absente alors que nombre de villes bien moins importantes en soient très honorablement dotées : Aubusson, Beaulieu s/Dordogne, Riom es Montagnes… Un regret donc des Limougeauds de ne pas s’être investi…

    Il ne s’agit pas là de sacrifier à un mimétisme irréfléchi, ou à un besoin illusoire de notoriété individuelle ou collective, mais de s’interroger sur l’objectivation dans les domaines :
    - 1) des les attentes des bridgeurs du Département : Loisir compétitif. Convivialité, plaisir, compétition
    - 2) des effets induits- vu de l’extérieur - dans l’identification d’une présence « terrain »
    - 3) de participer à la légion des festivals pourvoyeurs de lots, dotations en PP & PE ?
    - 4-a) de l’ouverture au plus grand nombre : Droits d’inscription ne doivent pas être une barrière
    - 4-b) de l’ouverture au plus grand nombre : Susciter l’intérêt, même de joueurs des plus modestes.
    - 5) de constituer un défi, pour des bridgeurs d’un bon (ou d’un excellent) niveau.
    - 6) d’entretenir une cohésion inter-clubs

    Objectifs :

    Initialiser une Compétition reprenant en compte l’ensemble des six points du diagnostic.

    Cependant le point N°3 pourrait difficilement constituer un objectif immédiat. Il dépendrait de la pérennité de l’entreprise (challenge du Comité : 3 sans) et de « l’inventivité » que ses organisateurs pourraient déployer dans le temps, pour constituer un pouvoir d’attraction. C’est donc un objectif non majeur-immédiat, mais de moyen terme.

    Par ailleurs, si ce point N°3 ne constitue pas un objectif majeur entrant en concurrence avec un tournoi de ville qui pourrait avoir lieu à Limoges, les potentiels de la Ville et du Département pourraient largement laisser place à chacune de ces deux démarches (Thierry Beineix dixit).

    Absence donc d’objectifs sous-jacents :
    - Il ne saurait être question qu’un bénéficie financier (excédent de bilan) puisse être tiré soit à titre personnel, soit à titre associatif (au profit d’un ou de quelques clubs) des résultats éventuellement excédentaires de cette action.
    (cf : engagement originel inscrit dans le règlement :
    http://bridgeursdelimoges.eklablog.fr/projet-de-reglement-de-la-coupe-de-la-haute-vienne-a125136786)
    - Les acteurs auteurs de cette démarche l’inscrivent dans le cercle rare, très rare (et précieux) du bénévolat : Aucun d’eux ne sera indemnisé.

    Scénarii :

    - A] Un festival Départemental par paires avec ou sans handicap
    - B] Un festival Départemental par 4 avec, ou sans handicap
    - C] Faciliter l’aguerrissement de nouveaux bridgeurs dans une version « ouverte » aux meilleurs
    - D] Constituer une épreuve élitiste Départementale
    - E] Réaliser une ouverture des rôles au sens des conditions d’inscription
    - F] S’appuyer sur les Clubs pour la réalisation de l’inscription
    - G] Une compétition mixte
    - H] Une compétition Open
    - J] Contribution initiatrice des trois Clubs Limougeauds

    Arbitrage (du projet… pas du bridge) :

    L’arbitrage ne s’est pas opéré au sens personnel, mais constitué autour d’un groupe informel restreint d’initiateurs locaux Limougeauds.

    Le choix s’est opéré autour des options : B], C], F], H], J] des scénarii envisagés

    Mise en Œuvre :

    Elle s’est organisée autour de quatre acteurs sans aucun desquels le projet ‘aurait pu voir le jour :
    Zola : Claude Ladegaillerie ;
    Orsay : Jacques Mazaud ;
    Bridge PTT : Philippe Grasser, Jean-Marc Bigot

    Citons en contributeurs francs et intègres à l’opération:
    St Junien : Janny Bernard
    Aubusson (guest challenger) : Jacqueline Salenson
    Nontron (guest challenger): Sylvie Seegers
    St-Léo : Claude Andrieu
    Dun-Le-Palestel (guest challenger): Alain Couillard

    Citons encore deux soutiens, absents pour cause de tournoi festif de fin de saison et festival de Lacanau, à la même date :
    Gueret (guest challenger): Philippe Lemeunier
    FestiBridge : Patrick Flodrops

    La répartition des rôles opérationnels s’est établie comme suit :
    Zola : Accueil des participants, hébergement de la compétition
    Orsay : Organisation « structurelle bridge » de la rencontre, et prise en compte informatique, arbitrage.
    Bridge PTT : Logistique

    Soutiens logistiques :
    Zola : Mise en place : Christiane Schmitt, nettoyage après-festivités (moyens propres) et contribution : Bridge PTT
    Bridge PTT : Raymonde Jasnault, Florence Savouyaud, Philippe Grasser, Léopold Savouyaud, Benoît Waucampt

    Evaluation

    Il en ressortit :
    - La contribution de 8 Clubs
    - Une participation de 76 membres répartis en 16 équipes (de 4 et +)
    - Un bilan financier provisoire excédentaire de 413,16€ (voir ci-dessous)

    Sans qu’il n’y ait eu de sondages entrepris, le nombre très important de participants s’étant manifesté pour traduire leur satisfaction à l’action engagée, souvent laudatrice, voire quelquefois dithyrambique vis-à-vis de l’orga, tendrait à faire croire pour le moins que le point N°1 du diagnostic a été comblé.

    Le point 4-a) du diagnostic : Mettre le bridge à la portée de tous : que le montant des droits d’inscription ne constituent pas une barrière inhibante aux compétiteurs potentiels, a semble-til été atteint :
    - grâce aux bénévolats : arbitrage, organisation, logistique, hébergement – accueil
    - grâce à une vigilance des comptes
    - grâce à une recherche constante dans les achats, du rapport Qualité/Prix
    Alors que les participations aux tournois de ville offrent un buffet, ils sont au même niveau de coût de participation que celui de notre action qui a proposé: Ptit’dej (avec croissants), apéritif, déjeuner (avec plat chaud), café/thé, apéritif du soir, et buffet, et en-cas (liquide ou solide) pendant toute la rencontre.

    Le point 4-b) du diagnostic n’a pas non plus été négligé :
    L’accessibilité à la compétition à de modestes bridgeurs a joué : Citons le cas extrême de l’équipe PTT 2 drivée par X de Laage de Meux qui comprenait dans ses rôles deux bridgeuses qui n’ont que quelques mois de table de bridge à leur actif... Mais aussi nombre de bridgeurs que l’aspect purement élitiste de certaines compétitions rebute. N’est-ce pas le rôle des plus anciens, de permettre de « mettre le pied à l’étrier » ?

    Le point 5) du diagnostic a aussi répondu : Nombre de 1ères Série, et de bridgeurs en marge de La 1ère Série et de la 2ème promo
    participaient à la compétition. Ils ne seront pas cités ici (de peur de faire une erreur de préséance ou d’étiquette, très sensible pour certains, à ce niveau-là…). Il serait essentiel pour la compétition si elle devait se proroger, d’entretenir une certaine attraction pour cette population – là aussi.

    Jacques Mazaud qui a permis à la CHV de « rester dans les clous » d’une compétition, avec beaucoup de courage et de savoir-faire et de patience émet des remarques sur le respect des horaires, ou de manière alternative projetterait d’étaler la compétition sur deux jours de manière à concilier le « prendre son temps » de la convivialité et les impératifs chrono de la compétition.

    Les autres pistes à évoquer de l’expérience vécue :
    - conserver autant l’accès au + grand nombre : tarif inscription bas, qu’autoriser : bridgeurs modestes pouvoir s’aguerrir
    - promouvoir l’aspect compétitif : De très bons niveaux de classement de l’édition 2016, pourraient en encourager d’autres…
    - soigner la comm, contribuer à ce que cette compétition puisse jouer le rôle de « vitrine » à l’extérieur
    - structurer le pull organisateur, sans se couper de la dynamique innovante : éviter « l’apparatchisme »
    - parvenir à une organisation plus collégiale des grands choix : Les Clubs Hauts –Viennois + Guest challengers
    - s’y prendre plus en amont, dans le temps (l’orga, la comm, le financier, la logistique nécessitent contacts)
    - clarifier les domaines d’intervention dans les rôles des équipes en compétition (c’était Rock’n roll en 2016)
    - parvenir à une organisation moins bouleversée de la constitution des équipes en lice (préjudiciable à plusieurs égards)
    - Structurer les inscriptions avec une Date Limite d’Inscription rédhibitoire, avec chèque 1 semaine avant…
    - A débattre : repas chaud le midi (convivialité), buffet froid midi (gain de temps et énergie, respect timming d’horaires)
    - Handicap : semble être à conserver. Il alimente le point 4-b) sus-cité
    - Patton suisse semble être incontournable, l’oga de 12 donnes sans mi-temps serait peut-être préférable.

    Bilan financier :

    Les écritures de comptes sont bien sûr disponibles à quiconque en fait la demande.

    Il est bien entendu que comme affiché dans le « Règlement CHV» le solde excédentaire sera partagé entre les différents clubs participants au prorata du Nb d’équipes engagées (Bridge PTT a hébergé la compta de la Coupe, mais pas son bilan…)

    --- ooOoo ---


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique